De part et d’autre des habitations troglodytiques et dans la partie supérieure des coteaux, sur des sols secs et pauvres en nutriments, une flore et une faune se sont adaptées à des conditions de vie difficiles.
               Les petites parcelles de la partie basse des coteaux, abandonnées, en grande partie, par les agriculteurs, ont été colonisées par les robiniers, les frênes, les églantiers et les buissons. Dans ces fourrés s’abrite une multitude d’oiseaux. Les mésanges, rouges-gorges, rouges-queues, troglodytes mignons et de nombreuses autres espèces y trouvent gîte et couvert. Ils leurs arrivent de nicher dans les grottes et les caves qui peuvent également servir de refuge aux chauves-souris.
            Avec un peu de chance, il est possible de voir des écureuils gambadant de branche en branche.

            Dans les falaises nichent des faucons crécerelles et les pelouses sèches sont survolées par les buses variables et le milan noir.


      Dans le village des roches vous découvrirez, au printemps, les lilas en fleurs plantés, pour agrémenter leur lieu de vie, par les anciens habitants des Roches et des iris, pour la plupart replantés par les bénévoles de l’ASPP, colorent l’entrée du village.
      Des mahonias poussent sous les arbres, les polypodes colonisent les rochers colorés par de nombreux sédums.


Eglantiers, chèvrefeuilles poussent le long des sentiers et parsèment les pelouses sèches aux graminées et fleurs multiples butinées par 34 espèces de papillons.


Page suivante

Télécharger le bulletin d'adhésion à l'association :