Moulé dans la vallée que suivait L’Allier par le strato-volcan des Monts Dore entre 2 millions d’années et 400000 ans le plateau de Perrier est une véritable sculpture géologique marquée par le ciseau géant de l’érosion.



     Un amoncellement de coulées de boue et d’avalanches de débris issues des éruptions et des explosions de l’ensemble volcanique des Monts Dore, situé à 30 kilomètres à l’ouest, a comblé la vallée.
     L’érosion, en inversant le relief, a fait naître une falaise irrégulière de plus de 100 mètres dégageant un chaos de blocs rocheux gigantesques et montrant les strates des différentes coulées parfois nettement séparées par des dépôts fluviatiles.



     Un relief ruiniforme est né de l’hétérogénéité des matériaux, des cheminées de fée se sont formées, d’autres s’usent en une véritable procession de moines.
Une couche éolienne d’une cinquantaine de centimètres sépare cet ensemble de dépôts, parfois considéré comme un « des plus beaux empilements de lahars du monde », d’une couche fluviatile d’environ 20 mètres d’épaisseur.
     Constituée des alluvions déposées par l’Allier et les torrents descendant du Cézallier et des Monts Dore, elle présente des stratifications très nettes qui sont de véritables pages descriptives de l’activité volcanique de la région.




     Ces alluvions de sables et de galets reposent sur un banc marno-calcaire à limnées et planorbes visible à la base du plateau au début du chemin qui conduit aux grottes à la sortie de Perrier.
    Dans le village de nombreuses maisons anciennes sont construites avec du tuf volcanique provenant des coulées de boue, roche légère qui se travaille facilement mais très friable si elle est exposée aux intempéries.
   Sur ces coteaux arides s’est développée une flore spécifique peuplée d’une faune variée.
Page suivante
Télécharger le bulletin d'adhésion à l'association :